Accueil > Mieux vivre au travail > Efficacité professionnelle > Le « Multitasking » ruine votre productivité

Le « Multitasking » ruine votre productivité

La polyvalence est la qualité à la mode sur les offres d’emplois aujourd’hui, c’est donc de ce fait également la qualité principale mise en avant par les candidats lors des entretiens de recrutement. Être multitâches et polyvalents, comprendre des données très différentes et les analyser, gérer plusieurs dossiers en même temps, voici ce qu’on demande aujourd’hui aux travailleurs. Et pourtant… En effet, plusieurs études menées par le département de psychologie de l’Université de Standford ont mis en avant le fait que les « multitâches » étaient les personnes les moins efficaces.

Tenter de gérer en même temps une page facebook, un compte twitter, répondre aux mails reçus, démarcher des prospects tout en lisant un article peut en effet des conséquences néfastes sur le plan cognitif. « Les gens qui sont multitâches pensent qu’ils ont un contrôle total sur leur processus cognitif, leur mémoire et sur le tri des informations qui arrivent de toutes parts. Mais il semblerait que le cerveau ne pourrait pas traiter plus d’un flux d’information à la fois. » Les multitâches se trouvent dans l’incapacité de se concentrer sur une seule chose à la fois et ont davantage de perte de mémoire.

Cette perte d’efficacité au travail va se ressentir lors du passage d’une tâche à l’autre, ou à la reprise d’une tâche à la suite d’une interruption. En effet, passer d’un projet à l’autre ne va pas se faire automatiquement. Cela va demander un temps afin de changer de contexte et de « se remettre dans le bain ». Et plus il y aura accumulation de projets, plus ce temps va être important : il peut s’être écoulé beaucoup de temps depuis le dernier travail sur un projet, ce qui va demander une réflexion plus intense pour se souvenir.

Aujourd’hui, il est difficile de se concentrer sur une seule et unique tâche. En moyenne, on passe environ 1minute et 15 secondes avant d’être interrompu. Un coup de fil, une conversation, un bruit… Les distractions sont nombreuses et « coûtent cher ». Il faut en moyenne de 15 à 25 minutes pour reprendre le fil sa tâche après avoir été interrompu. Quand on parle de distraction, il est également difficile de ne pas faire allusion au téléphone personnel, qui est en général regardé 150 fois par jour par une personne, ou à internet et son accès facile aux informations et aux réseaux sociaux par exemple.

Le multitâche va avoir des effets négatifs sur la qualité du travail, les résultats obtenus et la capacité d’exécution de ces tâches : une baisse de 40% de la productivité, un taux d’erreurs de 50% et un temps demandé pour réaliser une mission 2 fois plus grand que pour un « monotâche ».

multitâches

Les réunions sont le lieu privilégié du « multitasking » : plus de 92% des personnes admettent en user pendant les réunions. Ce sont les vidéo-conférences qui offrent le moins la possibilité aux salariés d’accéder au multitâche.

Au-delà de conséquences sur le travail, c’est aussi sur la santé des individus que le multitâche agit négativement…  Le multitâche dégrade la mémoire à court terme en ayant un impact sur certains secteurs du cerveau. Il est facteur de stress, et peut aussi endommager des cellules nécessaires pour de nouvelles mémorisations. La charge supplémentaire du multitâche mènera à un épuisement plus rapide de capacité cognitive et un besoin plus fréquent de temps de récupération. Enfin, le fait de gérer de nombreuses tâches en même temps peut temporairement avoir un effet négatif sur le QI, avec une perte pouvant aller jusque 15 points…

Le travail n’est pas le seul lieu où le « multitasking », en effet, la vie quotidienne nous oblige aussi à gérer de nombreuses choses en même temps, et vu les conséquences que cela peut avoir sur la qualité du travail et des décisions ça fait réfléchir… Aussi, quand un recruteur vous demandera de lui montrer votre polyvalence, prenez-le à contre-pied en lui mettant en avant les effets néfastes du multitâche…

A propos de l'auteur