Levez-vous !

Rassurez-vous, ce n’est ni un appel à la grève ni un cri de révolte. Toutefois, c’est une mise en garde : employés de bureau, votre boulot vous tue à petit feu !

En effet, la position assise serait nocive pour la santé, voire même dangereuse. C’est en tous cas ce que montre une étude réalisée par l’American Cancer Society. Ainsi, travailler assis derrière son bureau pendant 10 ans multiplierait par 2 le risque de cancer du colon. Pire encore,  la sédentarité augmente également le taux de sucre dans le sang ainsi que les risques de maladies cardio-vasculaires. Et comme si ça ne suffisait pas, la position assise prolongée (au-delà de 6 heures par jour) écourterait également le temps de vie.

L’affaire fait déjà grand bruit aux Etats-Unis. Au siège de Facebook, ils sont déjà plus de 10 % à avoir opté pour des bureaux en hauteur. Certains se sont même équipés de tapis de marche ! En France, même si on est pour l’instant beaucoup plus sceptiques, les commandes de sièges semi-assis ont enregistré une nette progression. Plus haute, leur assise est légèrement inclinée pour un véritable appui sur les pieds.

Reste la question cruciale : peut-on se mettre à travailler debout plusieurs heures par jour sans provoquer dorsalgies et autres lourdeurs au niveau du bas du corps ? Contrairement à ce que l’on croit, être assis penché au-dessus d’un bureau impose plus de pression intervertébrale que la station debout. Néanmoins, pour limiter les douleurs musculaires, il est recommandé d’augmenter progressivement le temps passé à camper sur ses deux jambes !

En attendant, essayez de rester debout le plus souvent possible ! Tous les prétextes sont bons quand il s’agit d’éviter d’être assis en continu : aller porter/chercher des dossiers, multiplier les pauses pipi, prendre le courrier dans la boîte aux lettres ou encore aller jusqu’à la machine à café. Et si vous êtes vraiment à court d’idées, pourquoi se priver de se lever pour refaire ses lacets ou éventuellement d’aller au bout du couloir pour vérifier que l’ascenseur n’a pas été volé…

A propos de l'auteur