Accueil > Mieux vivre au travail > Les incivilités au travail

Les incivilités au travail

Entre collègues ou de la part des clients, visiteurs ou fournisseurs de l’entreprise ces actes peuvent prendre différentes formes (d’une incivilité ressentie qui ne va pas être vue comme telle par celui qui la commet à des actes de violence)et vont avoir une influence sur la santé et la productivité des salariés.

Si on en croit sa définition une incivilité est un manque de civilité, de politesse. Dans le cadre de l’enquête menée par Eleas , pour 66% des interrogés une incivilité relève d’un non-respect des codes de politesse et de courtoisie envers les autres ; pour 21% c’est une violence verbale ou un comportement agressif ; 10% évoquent des dégradations matérielles ; 7% des comportements discriminatoires et 1% des comportements « inappropriés ».

42% des salariés français se sentent exposés aux incivilités au travail et 46% estiment même que ces actes sont en augmentation ces dernières années. Au bureau, l’acte incivil le plus commun et répandu est le fait de laisser les espaces communs sales et en désordre. Les bruits que peuvent faire les collègues viennent ensuite puis les absences de « bonjour/au revoir » ! Des prises de parole qui coupent les conversations ou encore les retards aux réunions sans s’excuser sont également signalés. Pour 58% des interrogés l’open-space explique en grande partie ces incivilités. Une autre source de conflit dans la vie des entreprises est l’utilisation des smartphones, et notamment durant les temps de réunion. Près de 40% des salariés se disent agacés par ce comportement, et pourtant la plupart des salariés sont conscients de ce souci. Ainsi, regarder en permanence son téléphone nuit au travail en équipe et peut laisser croire à un manque d’intérêt, qui lui-même peut déboucher sur une perte de confiance de celui qui anime la réunion. Enfin, au travail, les différences d’âge agissent également sur ces incivilités et leur perception. Les personnes les plus âgées considèrent les jeunes générations (16/34ans) comme les plus inciviles. Les 20/34 ans se montrent plus touchés par des comportements qui portent atteinte au respect de la personne, tandis que les plus de 55 ans réagissent plus à des atteintes aux règles sociales (comme le téléphone). Tout cela nuit à la productivité et aussi à la santé des travailleurs. Les incivilités sont également source de démotivation, peuvent contribuer à développer une mauvaise image de soi et peuvent apporter crises de nerfs ou de larmes dans le domaine professionnel.

Les clients et visiteurs sont également source d’incivilités : ne pas respecter les files d’attente, se croire tout permis, gêner les visiteurs, oublier les règles de politesse… Dans 68% des cas, ces actes sont à l’origine d’anxiété et de stress, de troubles du sommeil (52%) ou encore de comportements agressifs (38%). 77% des employés qui travaillent au guichet ou à l’accueil se plaignent d’incivilités.

Si les entreprises se creusent la tête pour limiter ces actes incivils, cette enquête nous rappelle que la parade pour y pallier n’est pas encore trouvée. C’est un travail de longue haleine, mais c’est aussi et surtout une responsabilité de tous et une prise de conscience que nos actes peuvent déranger… « Ne fais pas aux autres ce que tu ne voudrais pas qu’ils te fassent… » !

A propos de l'auteur