Accueil > Gérer sa carrière > Évolutions de carrière > Multiplication des pistes : en parler ou « se taire » ?

Multiplication des pistes : en parler ou « se taire » ?

Car oui, votre recherche ne se limite généralement pas à un poste d’une entreprise, mais vous multipliez les candidatures. Il se peut même parfois que vous soyez « bien avancé » sur plusieurs pistes en même temps ! Alors que faire dans ce cas précis ? Dire que vous avez d’autres pistes, ou le garder pour vous ? Grande question à laquelle nous allons essayer de vous donner les pour et les contre…

Vous conviendrez que le dire d’emblée dans un entretien peut paraître arrogant de la part du candidat, en plus de donner au recruteur l’impression que vous essayez de « faire pression » sur lui. Aussi, selon le déroulement de l’entretien, laissez le recruteur faire le jeu et tentez d’en savoir plus sur vos autres pistes. Laissez-le vous poser la question et vous rentrerez pleinement dans l’entretien vu comme une négociation. Et avouer que l’on s’intéresse à votre candidature lui donne une valeur supplémentaire indéniable. Et tant que vous y êtes, profitez-en pour en remettre une couche sur votre motivation. Dire qu’effectivement il existe une piste « très » chaude, mais que vous donnerez priorité à l’offre pour laquelle vous passer l’entretien actuellement car la description du poste vous correspond totalement, comme les conditions de travail ou encore l’ambiance… Et, au-delà de donner encore plus de crédit à votre candidature, vous flattez également votre recruteur… Bref vous faites d’une pierre deux coups !

recrutement

Par contre, si celui-ci pose beaucoup de questions sur vos autres pistes, méfiez-vous et ne dévoilez tout. C’est une pratique courante pour les cabinets, notamment afin de décrocher de nouveaux contacts « clients »…  Maintenant que le sujet est lancé et que vous avez « avoué » avoir d’autre(s) piste(s), attendez-vous tout de même à ce que le recruteur cherche à gratter un peu, à glaner certaines informations essentielles pour sa décision comme par exemple le type de poste ou de mission pour lesquels vous êtes encore en lice, ou tout simplement si vous avez d’ores et déjà une préférence. Et c’est là qu’il faut jouer serré et ainsi préparer quelques éléments de réponse qui montreront l’intérêt que vous avez pour le poste et garder le recruteur sous pression. Après, il faut aussi le voir comme l’occasion de discuter librement et de dissiper certains doutes qui pourraient subsister dans l’esprit du recruteur.

Le dire apportant un plus à votre candidature il est en effet tentant de mentir, si besoin, pour se valoriser. Mais faire cela est prendre un risque peut-être inutile. En effet, les recruteurs ne sont pas nés de la dernière pluie et savent reconnaître les mensonges, notamment grâce (ou ici à cause) du langage corporel… Et si vous êtes démasqué, n’espérez plus rien, vous êtes complément décrédibilisé !

Après, certains candidats, par peur que ça joue en leur défaveur, pourraient être tentés de ne rien dire. Jouer la carte de la transparence reste la meilleure option dans une vision à plus long terme. En effet, si le candidat se tait et qu’il est finalement retenu pour décliner ensuite l’offre pour un autre poste, il prend le risque de donner l’impression au recruteur ou au cabinet de recrutement d’avoir joué avec lui ! Et comme on ne sait jamais de quoi demain sera fait, personne ne peut dire qu’un jour prochain vous ne serez pas de nouveau confronté à cette personne, et nul doute que lui n’aura pas oublié cet épisode.

Après, jouer la carte de l’honnêteté est un point de vue, libre à vous de l’adopter et si vous avez d’autres avis, n’hésitez pas à les donner en commentaires !

A propos de l'auteur