Accueil > Gérer sa carrière > Candidature > Les tics de langage à bannir lors d’un entretien

Les tics de langage à bannir lors d’un entretien

L’entretien d’embauche est un exercice périlleux. Comme il y a des attitudes à adopter, des gestes à ne pas faire, il y a aussi des choses à ne pas dire. Ces expressions ou tics de langages peuvent vous paraître banals mais il arrive que certains mots de trop vous bottent hors du terrain ou vous décrédibilisent aux yeux du recruteur. N’ayez crainte ! L4M vous dresse cette semaine une compilation des tics de langage majeurs que vous faites peut-être et vous donne quelques conseils pour les faire disparaître.

L’entretien vous confronte directement au recruteur qui doit voir en vous quelqu’un de confiant, de motivé et d’à l’aise, pour être lui-même en confiance en votre compagnie et avoir envie d’aller plus loin. La confiance en soi passe donc par un discours affirmé, sans trop en dire et en ne se laissant pas engloutir par des tics qui prouvent que l’on ne sait plus trop où on en est. Les mots de ponctuation comme les « heu » qui éternisent une phrase, les « alors » ou les « quoi » sont donc à bannir ! Ces mots tuteurs sont utilisés comme « béquille » dans le langage pour faire face par exemple, à une question imprévue. Ces derniers sont des pollueurs de discours. Faites attention aussi à vos tics les plus agaçants : certains diront « franchement » deux fois par phrase alors qu’un autre ne cessera de répéter « vous voyez ? » à la fin de chacune des siennes. Vos proches vous aideront à remarquer ces répétitions qui doivent aussi les énerver et avec cette donnée en tête, vous pourrez mieux présenter votre discours en évitant les bruits qui fâchent.

            On ne peut évidemment pas parler d’erreurs qui interpellent sans parler des fautes de français qui peuvent nuire gravement à votre image lors d’un entretien. Les recruteurs considèrent souvent cela comme une base pour dialoguer avec quelqu’un et faire des fautes de français peut vite devenir éliminatoire. N’hésitez pas à vous corriger si jamais vous avez dit une bêtise, cela arrive à tout le monde. On oublie les « j’ai acquéri » ou les horribles « ils croivent » en tout genre et on reste concentré !

            Pour ce qui est de votre discours en lui-même, préférez le « nous » au « on » lorsque vous parlerez de ce que vous avez pu accomplir en équipe lors de vos précédentes expériences professionnelles. Bien entendu, attention au « moi, je, moi, moi, moi … » qui va vite vous faire passer pour quelqu’un d’égocentrique, particulièrement si vous parlez de travaux réalisés en groupe. Il s’agit là de faire toute la différence. Vous devez vous vendre convenablement mais ne pas vous jeter des bouquets de rose en permanence. Tout l’art ici est de savoir se mettre en avant, de prouver que vous êtes la personne qualifiée pour ce poste mais sans en faire trop sinon vous ne provoquerez que de l’animosité chez votre recruteur, plutôt que de la curiosité.

Les-blondes-mieux-payees-que-les-brunes_mode_une

Les tics de langage sont partout et sont représentés aussi par les expressions toutes faites qui souvent font plus de mal que de bien. Lancer au recruteur un « Vous voyez ce que je veux dire ? » est bien souvent traduit par une déstabilisation et un manque de clarté. La personne ne sait même pas elle-même si elle est claire dans ce qu’elle dit. L’entretien est un échange surtout et vous devez vous y rendre en ayant quelque chose à apporter. D’autres expressions sont aussi vos plus grands ennemis en terme de crédibilité : « un petit peu, à peu près » ne feront jamais autant d’effets que des chiffres ou des termes précis. Ne finissez pas non plus vos phrases par un « voilà » qui coupe court à la conversation ou au sujet abordé.

Pour se débarrasser de ses vilains tics au plus vite, les professionnels de la communication préconisent de visionner une vidéo de soi afin de vite les dépister. En s’écoutant de la sorte, le cerveau va prendre conscience des erreurs et les gommer naturellement pour ne laisser qu’un discours clair et sans accrocs.  Si les tics persistent, n’hésitez pas non plus à vous entraîner et à répéter votre entretien avec un proche avant qu’il n’ait lieu. C’est la meilleure des façons pour vous mettre en condition et pour arriver le jour J sans tics au bout des lèvres.

Et vous ? Quels tics ou expressions reviennent très souvent dans votre bouche ? Avez-vous d’autres conseils pour les faire partir au loin ? N’hésitez pas à réagir et à commenter cet article pour nous faire part de vos meilleures idées. A la semaine prochaine, sur le blog L4M !

A propos de l'auteur