Accueil > Actualités > Stress au travail, une espérance de vie menacée !

Stress au travail, une espérance de vie menacée !

Un groupe de chercheurs des Universités de Harvard et Stanford se sont interrogés sur une différence d’espérance de vie entre certaines zones aux Etats-Unis. Cette différence allant jusque 33 ans, ils ont cherché une explication par l’intermédiaire du facteur stress…

Partant du principe que ce facteur stress varie d’une personne à une autre, ils ont réparti des volontaires en 18 groupes, en fonction de leur âge, de leur origine ethnique, de leur sexe et de leur niveau d’études. Ils ont également pris en considération 10 facteurs concernant le travail (horaires, équilibre famille travail, licenciements…) et ont rapproché tout cela de leurs données disponibles sur l’espérance de vie. Leur résultat est plutôt effrayant : un environnement de travail hostile et stressant peut réduire l’espérance de vie à hauteur de 33 années !

Si on s’intéresse de plus près à leurs résultats, on voit que ceux qui subissent le plus de stress et ceux qui se retrouvent sur des postes avec peu de responsabilités sont ceux qui ont le niveau d’études le plus faible. Si on va plus loin dans l’analyse on observe que d’autres facteurs jouent un rôle prépondérant sur ce facteur stress et donc sur la diminution de l’espérance de vie : la précarité, les licenciements fréquents ou encore la difficulté à retrouver un emploi… Pour les femmes, ce sont les horaires alternés trop fatigants qui seraient les principales causes, tandis que pour les hommes c’est le climat général qui prime et le sentiment d’insécurité qui l’accompagne…stress-travail

Aussi, pour prévenir cela, il convient de prendre dispositions « simples » afin d’éviter des situations trop stressantes qui vous « tueraient » à la tâche comme par exemple créer des environnements de travail plus viables, plus sécuritaires notamment pour ceux qui n’ont pas ou peu fait d’études supérieures, offrir une sécurité de l’emploi plus importantes, modifier les horaires de travail ou encore les règlements intérieurs des sociétés.

Après, évidemment, le stress au travail n’est pas le seul facteur qui amène une espérance de vie plus courte. Il y a également les comportements dits « à risques » comme l’alcool, le tabac ou encore la malbouffe, comportements sur lesquels l’entreprise ne peut pas grand-chose mais sur lequel la personne elle-même peut agir facilement…

A propos de l'auteur