Accueil > Actualités > Retard au travail, des attitudes à proscrire.

Retard au travail, des attitudes à proscrire.

Tic Tac retard

Chaque soir, quand on se couche, la même pensée : « j’espère que mon réveil va sonner ». Chaque matin, au réveil, les mêmes réflexions : « encore 5 minutes », « j’espère qu’il n’y aura pas de bouchons » ou encore « zut, j’ai renversé mon café, je dois me changer ». Bref, vous l’aurez compris, la peur d’être en retard au travail nous hante à de nombreux moments de la journée. Alors si c’est exceptionnel, passe encore mais si c’est devenu une habitude, alors cela peut être problématique et il est urgent de réagir.

A l’époque, maman était toujours là pour faire irruption dans la chambre toutes les 3 minutes les jours où le réveil était difficile. Aujourd’hui que vous êtes adulte et que la vie à la mode « Tanguy » est terminée, il n’y a plus que la volonté qui peut encore vous sauver. Malheureusement, parfois, celle-ci est mise à rude épreuve et avec la fatigue, nous sommes encore plus faibles. Ainsi, lorsque le réveil sonne, il est très facile de le repousser de quelques minutes, voir même, en cas d’extrême confiance en soi, de l’éteindre et de vouloir profiter encore quelques minutes de son lit avant de s’activer… Grave erreur, si vous faites cela, vous êtes perdus et vous le savez ! Les quelques minutes vont se transformer en très longues minutes voir en heures, et la, même avec la meilleure volonté du monde, vous serez en retard au travail.

Je veux encore dormir

Ainsi, vous aurez beau vous dépêcher, vous habillez avec les premiers vêtements que vous trouverez, sauter le petit déjeuner qui est pourtant le repas le plus important de la journée ou encore courir dans tous les sens, rien n’y fait, vous serez en retard et vous le savez , ce qui ne vous empêche pas d’utiliser les « clichés » habituels pour tenter, en vain, de gagner quelques minutes… Mais le jeu en valait sûrement la chandelle, ne dites pas que ce petit extra de sommeil ne vous a pas fait du bien 😉 ! Alors il ne reste qu’une seule solution, espérer que votre boss soit absent, ou en retard…

Être en retard peut vous amener à faire des choses bizarres, voir dangereuses, ou même à avoir des comportements inappropriés que jamais vous n’auriez si votre plan « s’était déroulé sans accroc ». Au-delà du fait de sauter le petit déjeuner (nous en avons déjà parlé) malgré son apport apport essentiel en vitamines, vous vous surprenez à tout faire en courant, et notamment la route qui vous sépare de votre lieu de travail. Bref, vous arrivez en retard, fatigué alors que la journée vient de commencer, essoufflé et surtout, transpirant… Et une fois à votre bureau c’est pire.

La course

 

Si vous devez prendre le volant, vous maudissez les voitures qui n’avancent pas assez vite à votre goût ou celles qui se garent en double-file le temps de déposer les enfants et vous entendez même des mots sortir de votre bouche qui, s’ils étaient dits pas des enfants, on irait « leur laver la bouche directement », bref vous sortez des grossièretés. Si vous êtes coincés dans les bouchons, vous changez sans cesse de file, pensant que l’une avance plus vite que l’autre. Vous tentez l’impossible en empruntant « des raccourcis », mais comme vous ne connaissez pas, vous faites pire que mieux, bref, vous êtes en retard.

Reste à trouver la bonne excuse, et elles sont nombreuses… Les plus simples sont parfois les meilleures (genre mon réveil n’a pas sonné) mais si ça se répète, il faudra veiller à renouveler régulièrement le stock…

Sinon, pour éviter tout cela, prenez à la lettre ce vieil adage tiré d’une poésie connue de tous et que vous vous répétez à chaque fois que vous êtes à la bourre : « Rien ne sert de courir, il faut partir à point ! ».

A propos de l'auteur