Accueil > Actualités > Interviews > Interview Virginie GILBERT – DESCAMPS Bois – « Les clichés sur le handicap ont la vie dure »

Interview Virginie GILBERT – DESCAMPS Bois – « Les clichés sur le handicap ont la vie dure »

  • Entreprise familiale indépendante, le groupe Descamps, spécialiste de la distribution de bois, parquets et menuiseries, compte aujourd’hui 5 points de vente dans la région. Quels sont selon vous les principaux atouts de votre entreprise sur ce marché ?

 La longévité certainement ! Bientôt 100 ans d’histoire commune avec nos clients et partenaires…

En tant que fournisseur de solutions pour nos clients, à mon sens, nos  valeurs humaines, nos compétences et nos stocks de produits de qualité représentent dans les grandes lignes nos points forts sur ce marché concurrentiel.

maison-en-bois

  • À l’heure actuelle, quels sont les postes à pourvoir au sein de votre entreprise ? Quels profils de candidats ciblez-vous pour ces postes ?

Nos postes à pourvoir sont globalement tous en CDI directement, ce qui est de plus en plus rare sur le marché de l’emploi afin d’attirer les vraies compétences et le savoir-être dont nous avons besoin pour faire perdurer notre activité et continuer de satisfaire nos clients.

Nous ciblons des candidats motivés au travail, avec l’envie de s’inscrire dans une relation durable avec notre entreprise et disposant de compétences commerciales ou logistiques dans notre secteur d’activité.

  • Vous vous engagez aux côtés de L4M.fr dans le cadre de la Semaine Emploi & Handicap. Pourquoi est-ce important pour vous de prendre part à cette opération ?

Les clichés ont la vie dure et encore beaucoup d’entreprises sont loin d’être « accueillantes ». Notre entreprise n’est pas fermée à l’intégration de travailleurs handicapés à partir du moment où ces candidats, malgré leurs handicaps, disposent des compétences et du savoir-être nécessaires à l’entreprise.

Et c’est dans ce cadre que nous avons besoin de l’appui d’organismes spécialisés ou de prestataires mobilisés comme L4M pour avoir accès à ces profils répondant à nos attentes. D’autres leviers sont aussi nécessaires à mettre en place : le maintien dans l’emploi de nos collaborateurs face à un handicap qui se déclare et l’appel aux ateliers protégés.

logo

  • Vous proposez des postes (caristes, magasiniers, etc.) que l’on pourrait croire inaccessibles aux salariés en situation de handicap. S’agit-il d’une idée fausse ?

Pas vraiment, je m’explique. Un poste de cariste peut convenir à un travailleur handicapé à partir du moment où ses restrictions médicales ne sont pas incompatibles avec ce travail. C’est au médecin du travail de valider l’aptitude au poste. Je pense aux limitations de ports de charges lourdes, aux stations debout pénibles qui sont incompatibles avec ce métier.

Un autre exemple, sur l’un de nos sites, un magasinier est reconnu travailleur handicapé. Il a effectivement une malformation de naissance au pied. Avec une chaussure de sécurité adaptée, il peut occuper son poste de travail sans complication.

A propos de l'auteur