Accueil > Actualités > Interviews > Interview de Dave ZISKIND, responsable communication SUPTERTIAIRE

Interview de Dave ZISKIND, responsable communication SUPTERTIAIRE

L’école SUPTERTIAIRE est spécialisée dans les métiers du patrimoine. Quelles formations sont accessibles au sein de votre centre ? À quels métiers formez-vous vos élèves ?

SUPTERTIAIRE, spécialisée dans les métiers du patrimoine (Immobilier, Banque, Assurance), propose une gamme de formation pour 3 types de publics.

Les étudiants tout d’abord,  avec des formations de Bac à Bac+5, SUPTERTIAIRE permet de suivre en alternance ou initial de véritables cursus présentant des passerelles entre eux (cf : organigramme de nos formations) :

  •  BTS Professions Immobilières (Bac+2)
  • Conseiller/ère en Transactions Immobilières (Bac+2)
  • Chargé/e d’Affaires et de Gestion Immobilière (Bac+3)
  • Chargé/e de Gestion Immobilière (Bac+3)
  • Mastère Manager de l’Habitat Social (Bac+5)
  •  BTS Assurance (Bac+2)
  • Mastère 1 Chargé/e d’Affaire Banque Assurance (Bac+4)
  • Mastère 2 Gestionnaire de Patrimoine Immobilier et Financier (Bac+5)

Les adultes en reconversion professionnelle les cursus adultes sont dispensés sur des périodes assez courtes mais de façon intensive (cf : formations adultes)

  •  FSQ Comptable en gestion immobilière
  • CQP Gestionnaire de Biens immobiliers
  • Conseiller/ère en transactions Immobilières
  • Chargé/e de Gestion Immobilière

Les professionnels en activité, du niveau « novice » au niveau « expert », SUPTERTIAIRE décline 120 programmes de formation destinés aux professionnels de l’immobilier, de l’assurance et de la gestion de patrimoine, des métiers de la vente et des services. Ces formations sont réalisées en inter-entreprises ou sur mesure, en intra entreprise. 

Vous proposez des formations en contrat de professionnalisation. Quels sont, selon vous, les spécificités et les avantages de l’alternance dans la formation des futurs professionnels du patrimoine ?

Les métiers du patrimoine sont assez complexes à appréhender car ils souvent assez peu connus.

L’avantage de l’alternance est triple :

L’alternance finance la formation de l’étudiant

L’OPCA de l’entreprise d’accueil d’un alternant finance sa formation, et son entreprise le rémunère de 55 à 100% du SMIC.

L’alternance permet à l’étudiant de garder sa motivation

De nos jours, il est très difficile pour les étudiants de rester motivé dans le cadre abstrait d’un cours s’ils ne comprennent pas la portée pratique de leurs enseignements sur leurs actions professionnelles du quotidien. De  plus, découvrir la réalité d’un métier ou d’un secteur d‘activité pour affiner son orientation professionnelle ne peut se concrétiser que sur le terrain.

– L’alternance rend l’étudiant employable

Il permet aux étudiants de développer des compétences terrain en plus de leurs connaissances théoriques. Les employeurs peuvent ainsi miser sur eux en prenant le temps de les former et de les voir évoluer.

logo suptertiaire

On parle beaucoup du secteur immobilier dans l’actualité en France. Comment se situe ce secteur en matière d’emploi et de perspectives d’avenir ? Notamment dans la région Nord-Pas de Calais ?

En premier lieu, il faut bien prendre en compte le fait qu’il existe plusieurs corps de métiers dans l’immobilier, répondant chacun à des systèmes économiques différents (Négociation, Promotion, Gestion locative, Syndic, Logement Social). Globalement, nous pouvons distinguer 2 grands marchés : le marché lié aux transactions immobilières, et celui lié à l’administration de biens (Gestion Immobilière). Beaucoup de personnes ont entendu parlé d’une crise et ont une tendance naturelle à l’appliquer à tous les corps de métiers. Or, même si ces derniers sont plus ou moins liés, il existe de grandes disparités dans les situations respectives de chaque marché de l’emploi.

Le marché de la transaction Immobilière a connu depuis toujours des hauts et des bas, rythmés à la fois par les saisons et par les différentes conjonctures qui se succèdent. En effet, les taux d’emprunts étant très bas et les prix de vente ayant tendance à diminuer, le pouvoir d’achat augmente mécaniquement, ce qui nous permet d’être optimiste sur le moyen terme. Concernant le marché de l’emploi, bien que de plus en plus de structures optent pour les statuts d’indépendants, le Nord-Pas de Calais reste attaché au statut de salarié. Ainsi, les négociateurs immobiliers sont rémunérés sur une base fixe et touchent en plus des commissions aux résultats.

Le marché de l’Administration de Biens n’a pas, en lui-même connu de crise particulière. En effet, outre le fait qu’une copropriété ne peut pas se passer de syndic, le besoin de se loger étant de plus en plus important, l’investissement locatif reste particulièrement favorisé par les français, et en particulièrement sur les grosses agglomérations, où la demande explose. Sur Lille par exemple, la masse d’étudiants influence ce phénomène.

Le marché du logement social  est partagé entre le public, et bien que soumis à de nouveaux enjeux économiques, sociaux et politiques, l’obligeant souvent à se restructurer, il est actuellement en recherche active de futurs cadres. En effet, les cadres actuels sont vieillissants et devront prochainement passer la main à des personnes pourvues de mêmes valeurs mais surtout de compétences et de connaissances suffisantes.

De façon générale, dans le secteur de l’immobilier, à chaque fois qu’un immeuble sort de terre, il faut recruter du personnel pour toutes les étapes de sa construction et de son administration. Il y a quelques années encore, beaucoup d’entreprises immobilières recrutaient du personnel sans qualification ; alors qu’aujourd’hui, on manque de main d’œuvre compétente et spécialisée surtout chez les bailleurs sociaux, en comptabilité de copropriété et en gestion locative. Il y a donc de la place pour les jeunes diplômés dans les métiers de l’immobilier. Pour cela, il faut faire preuve de beaucoup de motivation et ne pas avoir peur du travail. Les entreprises recherchent notamment des collaborateurs opérationnels très rapidement et donc spécialisés dans leurs qualifications. Elles apprécient également les candidats qui s’inscrivent dans la durée, c’est à dire qui ne font pas appel à elles uniquement dans le but d’avoir leur diplôme. Il est vrai que bien souvent, en immobilier, une entreprise qui prend un élève en alternance souhaite le recruter.

La législation sur les contrats d’apprentissage vient d’évoluer en France. Quels sont les principaux impacts de ces changements sur les formations en alternance ?

À SUPTERTIAIRE, nous ne mettons en place que des contrats de professionnalisation. La réforme de la formation professionnelle concerne peu l’alternance. En revanche, la réforme à venir relative aux charges patronales liées aux bas salaires devrait concerner les contrats pro. Dans ce cas, il serait beaucoup plus facile de trouver une entreprise d’accueil car celle-ci aurait moins de charges à prévoir.

Quel(s) conseil(s) pouvez-vous donner aux candidats qui souhaiteraient suivre une formation en alternance au sein de vos établissements ?

Prenez tout le temps qu’il faut pour vous renseigner et lancez-vous à 100% lorsque vous serez sûr de vos choix. Rassurez-vous, ils vont s’affiner au fil de vos formations et de vos expériences.

Dans un premier temps, il est indispensable de choisir un mode de formation entre l’initial et l’alternance :

Le cursus INITIAL est très souvent choisi par les élèves qui souhaitent intégrer progressivement le monde de l’entreprise. Ce format permet de s’investir davantage dans la formation afin d’optimiser la préparation et la réussite du diplôme.

En ALTERNANCE, bien que le rythme y soit très soutenu, ce format permet de bénéficier d’une expérience professionnelle ainsi qu’un niveau d’étude sanctionné par un diplôme ou une certification reconnue.

Dans un second moment, investissez beaucoup de temps à vous renseigner sur les débouchés. L’objectif ne doit plus être le diplôme mais le métier ou l’ensemble de métiers vers lequel il oriente. Afin de vous faire une idée fidèle des métiers que vous visez, allez directement vous adresser aux professionnels afin de leur poser un maximum de questions. En règle générale, les professionnels s’ouvrent et acceptent de parler de leur métier car ils apprécient que l’on s’intéresse à eux.

 

A propos de l'auteur