La SNCF s’attaque aux bourrelets de ses agents !

Depuis le 1er janvier 2012, la SNCF a mis ses salariés au régime. Objectif : dépister les kilos en trop !

La SNCF se défend de vouloir transformer les cheminots en mannequins sveltes et élancés et l’objectif n’est absolument pas de les faire rentrer dans une taille 36. Cependant, partant du constat que les personnes en surpoids pâtissent plus que leurs collègues de problèmes de santé (maladies cardio-vasculaires et diabète notamment), l’entreprise ferroviaire vient de mettre en place un programme de santé baptisé « Plus saine la vie ».

Au menu : suivi de la courbe de poids, conseils personnalisés par un nutritionniste, coaching pour pratiquer une activité physique régulière ou encore orientation vers des soins médicaux adaptés.

La Mutuelle Générale des Cheminots (MGC), partenaire de l’opération, veut surtout « inciter les cheminots à mieux manger et à bouger plus pour prévenir le surpoids ». Toutefois, face à la polémique suscitée par le lancement de sa dernière campagne baptisée « le surpoids, moi, je le combats », la SNCF a du se justifier : « même si la démarche peut paraître intrusive, le poids et l’hygiène alimentaire étant de l’ordre de la sphère privée, elle a été bien perçue par les agents. » En effet, la SNCF rappelle que l’adhésion à son programme minceur fonctionne uniquement sur la base du volontariat et que cette aide personnalisée n’est octroyée qu’aux « agents en surpoids qui souhaitent agir ». Ainsi, en Bretagne où le dispositif était expérimenté depuis février 2011, 300 agents diagnostiqués en surpoids ont choisi de bénéficier de cette opportunité.

Et vous, si vous étiez confrontés à une telle situation, où accepteriez-vous de monter ?
Sur la balance ou plutôt sur les barricades ?

Ce contenu a été publié dans Insolite, Mieux vivre au travail, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.