Interview de David GIVAUDAND – Directeur Adjoint SUPTERTIAIRE

  • L’école SUPTERTIAIRE forme depuis 20 ans les futurs professionnels de l’immobilier et du patrimoine. Quelles sont les formations accessibles en alternance au sein de votre école lilloise ? À quel public s’adressent-elles ? 

Les formations de SUPTERTIAIRE s’adressent à 3 publics :
– les étudiants,
– les adultes en reconversion professionnelle,
– les salariés en formation continue.

Sur le campus lillois, deux formations reconnues sont disponibles pour la rentrée 2015 :
– le BTS Professions Immobilières (reconnu Bac +2),
– le titre de Chargé(e) de Gestion Immobilière  (reconnu Bac +3).

  • Le secteur de l’immobilier a récemment connu d’importants changements législatifs. Comment adaptez-vous vos formations à ces modifications qui impactent le marché et le quotidien même des professionnels ?

La Loi ALUR a provoqué un véritable bouleversement chez les professionnels de l’immobilier, mais le secteur, en grande partie relié au domaine juridique, a toujours été en évolution avec l’arrivée de nouvelles lois. En tant qu’établissement agréé, il est évident que nos formations tiennent compte de l’actualité juridique. De plus, nous formons les professionnels de l’immobilier comme des juristes afin de les rendre aptes à se mettre à jour et ainsi honorer leurs obligations.

logo suptertiaire

  • Quelles formations offrent actuellement les meilleurs débouchés ? Et quels sont les cursus pour lesquels vous manquez de candidats à l’heure actuelle ? 

De façon générale, tous les secteurs de l’immobilier recrutent des professionnels qualifiés et peinent à trouver les compétences sur le marché de l’emploi.

Raisonnons en termes de marché de l’emploi, en ne citant que 3 secteurs :
– La transaction immobilière recrute de façon constante. Pour y postuler, un BTS Professions Immobilières suffit.
– La gestion de copropriété recrute aussi de façon importante. Un niveau licence est un requis minimum pour devenir gestionnaire de copropriété.
– L’habitat social recherche de futurs cadres pour remplacer d’importants départs à la retraite. À ce niveau, ce sont les titulaires d’un Bac +5 qui sont les plus recherchés.

Pour ces trois domaines, des formations en alternance sont accessibles et permettent de monter en compétence grâce à de la pratique. Cela se voit non seulement sur le CV mais également sur le terrain.

Les cursus qui rendent les candidats les plus frileux sont ceux exclusivement dédiés à des fonctions commerciales. C’est pourquoi nous invitons les étudiants les plus jeunes à débuter leur cursus avec des formations généralistes pour ensuite affiner leurs spécialisations au fil de leur maturité. Pour les autres, le projet professionnel est si bien défini que la motivation fait la différence sur le marché de l’emploi.

  • Quelles sont les démarches à effectuer pour intégrer une de vos formations en alternance (inscription, candidature, financement…) ? 

À SUPTERTIAIRE, nous tenons à rencontrer tous nos candidats avant même qu’ils ne déposent leurs candidatures. Nous faisons d’abord un point sur leur situation et leurs projets, puis détaillons les débouchés et cursus qui leur sont accessibles. En dernier lieu, nous procédons à des tests de sélection et à des entretiens de recrutement. Pour tout dossier complet, une réponse est donnée sous 48 heures. Les étudiants ne souhaitant pas faire d’alternance (c’est souvent le cas pour les profils les plus jeunes), peuvent financer leur formation. Les étudiants souhaitant faire de l’alternance sont accompagnés par les conseillers de SUPTERTIAIRE pour la recherche de leur employeur.

Ce contenu a été publié dans L'actualité de l'emploi, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.